À l’élection au Conseil d’État, votez

Elodie
Lopez

Conseillère communale et députée, membre du groupe décroissance-­alternatives, collaboratrice scientifique (Vevey) 

Hadrien
Buclin

Député Ensemble à Gauche, membre de solidaritéS, chercheur à l’Université de Lausanne (Lausanne)

Mathilde
Marendaz

Élue communale, membre de Solidarité & Écologie activiste pour le climat et master en géographie humaine (Yverdon-les-Bains)

Gabriella
Lima

Engagée dans la solidarité internationale, membre de solidaritéS, Master en science politique (Lausanne) 

Depuis 10 ans, le gouvernement vaudois à majorité «rose-verte» mène, avec la majorité de droite du parlement, une politique radicalement libérale, produit d’un consensus mou entre les forces politiques dominantes du canton. Cette orientation a des conséquences néfastes pour la majorité de la population, tant sur le plan social qu’écologique. C’est parce que nous sommes convaincus qu’une alternative est non seulement possible, mais nécessaire et même urgente, que nous présentons ses candidatures.

Le Conseil d’État et le parlement ont jusqu’ici été incapables de proposer des plans d’action climatique à la hauteur de la situation. Il est pourtant primordial aujourd’hui de décider collectivement de ce que nous produisons, comment et pourquoi. Nous nous engageons donc pour des objectifs véritablement ambitieux pour diminuer nos émissions de CO2 dans le domaine de la mobilité, de la consommation d’énergie ou encore de l’agriculture et alimentation. Nous voulons que les villes et les villages redeviennent des espaces résilients où les citoyen·ne·x·s soient en mesure de définir démocratiquement la teneur des espaces qu’iels occupent.

La crise covid a révélé que nombre de secteurs du service public souffrent de moyens insuffisants. Au lieu de renforcer ces secteurs, les autorités ont préféré multiplier les allégements fiscaux en faveur des contribuables les plus aisé·e·x·s et des grandes entreprises. Nous voulons mettre un terme à cette politique injuste et nous engageons pour la justice fiscale et pour financer la transition écologique, pour une réelle politique de santé publique, pour l’éducation et le droit à la reconversion professionnelle et pour une culture qui ne fassent pas le lit de la marchandisation et de la précarité.

Depuis le 24 juin 2019 et le renouveau des mobilisations féministes, on ne peut plus nier que l’égalité dans les faits est loin d’être atteinte dans notre pays. Pour construire une société réellement égalitaire, il s’agit d’en avoir la volonté politique et de se doter des outils et ressources à même d’atteindre cet objectif. Le Canton de Vaud devrait être pionnier dans la lutte contre toutes les discriminations liées au genre ou à l’orientation sexuelle. Nous nous engageons à contrer les écarts salariaux par une loi sur l’égalité salariale femmes/hommes réellement contraignante pour les entreprises, pour une politique de lutte et de prévention contre les violences sexistes et sexuelle qui sorte du paradigme sécuritaire et contre les LGBTIQphobies. 

Pour agir concrètement contre les violences policières à l’encontre des personnes racisées, nous voulons instaurer une instance indépendante de dépôt de plainte ainsi qu’un système de reçu pour les personnes contrôlées afin de limiter le contrôle au faciès et interdire les pratiques policières dangereuses tel que le plaquage ventral. Parce que pour nous, personne n’est illégal, nous voulons la régularisation collective des travailleur·euse·x des personnes sans papiers, un engagement du Canton auprès de la Confédération pour l’octroi de permis de séjour durables pour les requérant·e·x·s d’asile et des droits politiques pour toutes les personnes au bénéfice d’une autorisation de séjour dans le Canton. 

Notre programme

Antiracisme et violences policières 

Le racisme est structurel. Dans les rues de Lausanne, de Morges, d’Yverdon, il s’exerce à travers un constant matraquage de la police à l’encontre des personnes racisées. Les violences policières sont choses trop courantes et, dans le canton de Vaud, Béatrice Métraux n’entre pas en matière avec les revendications des collectifs antiracistes. À Lausanne en octobre 2020, plus de 1000 personnes défilaient dans les rues pour demander des mesures contre le profilage racial et les abus de la police. Nous soutenons sans condition leurs revendications.

Le racisme s’exprime aussi dans les politiques répressives contre la liberté de circuler des migrant·e·x·s, dans les politiques d’asile insoutenables. Or, notre pays et notre canton sont en parallèle impliqués dans les logiques d’exploitation colonialiste du Sud global qui sont à l’origine en grande partie des problèmes qui poussent ainsi les personnes à quitter leur pays pour bénéficier de conditions de vie digne.

Contre la répression et les violences policières, nous voulons

Une instance indépendante de plainte pour les personnes victimes de violences policières.

Un système de reçu pour les personnes contrôlées afin de limiter les contrôles au faciès.

L’interdiction des pratiques policières dangereuses comme le plaquage ventral et une très forte réduction du nombre d’agent·e·x·s portant une arme à feu.

Une formation obligatoire pour tou·te·x·s les professionnel·le·x·s intervenant dans la prise en charge des victimes de discriminations racistes.

Pour la solidarité internationale et l’accueil des migrant·e·x·s, nous voulons

La régularisation collective des travailleur·euse·x·s sans-papier.

Un engagement du Canton auprès de la Confédération pour l’octroi de permis de séjour durables pour les requérant·e·x·s d’asile.

Des droits politiques pour toutes les personnes au bénéfice d’une autorisation de séjour dans le Canton.

Des cartes d’identité communales dans toutes les villes garantissant l’accès aux services communaux à tou·te·x·s les habitant·e·x·s sans distinction de statut légal.

Urgence et transition écologique

L’urgence climatique a beau faire l’unanimité scientifique, susciter de nombreuses mobilisations, s’immiscer dans  notre quotidien en nous faisant subir des conséquences annoncées de longues dates et qui ne feront que se  multiplier, les politiques actuelles ne font pas porter la responsabilité de cette situation aux véritables  responsables.  

Au niveau cantonal, le parlement et le Conseil d’État n’ont pas réussi à proposer ou accepter de discuter de plans d’action climatique à la hauteur de la situation, en considérant toute proposition ambitieuse – telle que l’atteinte  de zéro émission carbone à l’horizon 2030 lors du développement du premier plan climat – irréaliste ou utopiste. L’utopie, c’est de maintenir le cap qui nous mène droit au mur. Il est primordial, aujourd’hui, de décider  collectivement de ce que nous produisons, comment et pourquoi, en nous interrogeant ensemble sur nos besoins  et en plaçant notre bien commun avant les intérêts privés.  

Nous nous engageons pour des objectifs véritablement ambitieux pour diminuer nos émissions de CO2. Le canton  doit se saisir réellement de l’état d’urgence climatique déclaré pour orienter son action publique et prendre des  décisions fortes, même si celles-ci nécessitent de revenir sur les erreurs du passé et de se confronter à de gros intérêts privés.

Pour une mobilité écologique et accessible à la population, nous voulons

La gratuité des transports publics régionaux, comme le demande l’initiative populaire cantonale que nous avons lancée avec d’autres forces.

Le développement des transports en commun, y compris dans les territoires périphériques où les cadences doivent être fortement augmentées.

Un engagement accru des pouvoirs publics pour le transfert modal (constructions de parkings vélos et de P+R sur les lignes de train et de métros, obligation pour les entreprises de mettre en œuvre des plans de mobilité privilégiant les transports publics, etc.)

Un renforcement de la formation de conducteur·rice·x·s de bus et de locomotives et l’amélioration de leurs conditions de travail, afin de lutter contre le manque de personnel.

Une diminution de la mobilité globale, par une meilleure mixité territoriale des secteurs économiques afin de favoriser la possibilité de travailler, d’avoir des activités sociales et culturelles proches de son domicile.

Une importante réduction du trafic individuel motorisé dans les villes; la piétonisation des centres; l’aménagement de pistes cyclables directes, continues et sécurisées sur l’ensemble du réseau routier;

La généralisation du 30 km/h y compris sur les grands axes et l’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur les routes cantonales quand cela est possible; un soutien public à l’acquisition de véhicules électriques pour les usages contraints (personnes à mobilité réduite, artisan·ne·x·s, véhicules de livraisons).

L’opposition du Canton à l’agrandissement des autoroutes.

Le développement des plateformes de transferts rail / vélocargo ou véhicules électriques pour les marchandises dans chaque agglomération.

Pour une consommation soutenable d’énergie et le développement des énergies renouvelables, nous voulons

Une réelle politique cantonale en matière d’énergie, notamment en faisant jouer le poids des pouvoirs publics dans Romande Energie et Holdigaz, avec pour objectif un approvisionnement du canton à 100% en énergies renouvelables.

Un accroissement rapide de la production d’électricité solaire sur toutes les surfaces de toiture.

La réduction de la consommation d’énergie dans le canton.

L’opposition du Canton à toute libéralisation supplémentaire du marché de l’énergie et à toute mise en cause de la sortie du nucléaire.

Pour la prévention des risques liés au réchauffement climatique, nous voulons

Une surveillance et des mesures de précaution concernant les zones montagneuses, les rivières et torrents.

Pour un système alimentaire et une agriculture durables et de qualité, nous voulons

Des plans de reconversion pour pousser les gens à se tourner vers l’agriculture et favoriser l’agriculture paysanne, la pluriculture et l’agriculture biologique, notamment par un soutien public à la reconversion des agricultrices et agriculteurs vers ce type de production.

Un soutien au développement de plateformes visant à l’échange de pratiques et d’expériences entre professionnel·le·x·s de l’agriculture conventionnelle et non conventionnelle.

Un soutien du Canton au développement de réseaux et de circuits courts.

Un approvisionnement des structures collectives de l’Etat servant des repas auprès de productions locales et au prix juste.

Une formation continue des cuisinier·ère·x·s travaillant pour l’Etat dédiée à la valorisation de variétés anciennes et de produits de seconde qualité, à la transformation des déchets de cuisine à la consommation et à la préparation de menus végétariens.

Féminisme et Luttes Queer

Depuis le 14 juin 2019, et le renouveau des mobilisations féministes en Suisse, on ne peut plus nier que l’égalité dans les faits est loin d’être atteinte dans notre pays. Les violences sexistes et sexuelles sont en même en augmentation cette dernière année, avec un chiffre dramatique de 25 féminicides depuis le 1er janvier 2021.

Pour construire une société réellement égalitaire, il s’agit d’en avoir la volonté politique et de se doter des outils et ressources à même d’atteindre cet objectif. Le Canton de Vaud devrait être exemplaire dans sa politique de lutte contre toutes les discriminations liées au genre ou à l’orientation sexuelle. Nous devons aller au-delà d’une stratégie contre les violences sexistes et sexuelles centrée sur la répression et adopter une approche qui a pour objectif la modification des comportements des personnes ayant recours à cette violence dans toutes les sphères de la société.

Pour contrer les écarts salariaux, nous voulons

Une loi sur l’égalité salariale femmes/hommes contraignante pour les entreprises.

Le développement des structures d’accueil selon le principe «un enfant, une place» et la revalorisation salariale des professionnel·le·x·s de la petite enfance.

L’introduction d’un congé parental de trois mois s’ajoutant au congé maternité, à partager librement entre les parents.

Pour une réelle politique de lutte et de prévention contre les violences sexistes et sexuelles, nous voulons

La création d’un observatoire cantonal des violences sexistes et sexuelles, pour produire des statistiques concrètes sur l’ampleur de ces violences.

Une politique cantonale de prévention et d’éducation autour de ces violences.

D’avantage de moyens financiers pour les associations actives dans l’accueil des victimes.

La reconnaissance à l’échelle du canton de la violence sexiste comme motif de demande d’asile et de migration.

Pour lutter contre les LGBTIQphobies, nous voulons

Le renforcement des campagnes contre l’homophobie dans les écoles, l’inclusion de la transphobie de manière systématique dans les discussions. La mise en œuvre concrète et systématique de ces programmes dans tous les établissements scolaires et de formation.

L’augmentation des subventions allouées sur ces questions, avec une multiplicité d’acteurs associatifs présents sur des questions spécifiques (transphobie, lesbophobie, migration des personnes LGBT, etc).

Le renforcement des politiques de diversité dans les emplois du service public, avec la possibilité d’utiliser son nom choisi plutôt que son nom de naissance.

Des formations soutenues sur les questions de diversité et de discrimination pour l’ensemble du personnel de l’État.

Que les systèmes informatiques, services et documents fournis par l’État prennent en compte les réalités des personnes LGBTIQ, notamment quand iels sont hospitalisé·e·x·s ou emprisonné·e·x·s.

L’augmentation de la diversité dans les communications et campagnes du canton.

Des campagnes annuelles sur les questions LGBTIQ.

Fiscalité et service public

La pandémie de Covid-19 a révélé que nombre de secteurs du service public – services hospitaliers, soins à domicile, EMS, protection de la jeunesse, etc. – souffrent de moyens insuffisants. Au lieu de renforcer ces secteurs notamment par des moyens budgétaires supplémentaires, les autorités ont préféré, ces dernières années, multiplier les allégements fiscaux en faveur des contribuables les plus aisé·e·x·s et des grandes entreprises, creusant par là-même les inégalités au sein de la population. Ensemble à Gauche veut mettre un terme à cette politique injuste.

Pour la justice fiscale et pour financer la transition écologique, nous voulons

Un impôt climatique progressif sur les plus hauts revenus et les grandes fortunes.

Un impôt de transition écologique calculé selon le bénéfice et le bilan carbone des entreprises.

Une plus forte contribution des communes riches à la facture sociale et l’harmonisation vers le haut des taux d’impôt entre communes.

La suppression des déductions et allégements fiscaux accordés aux grandes entreprises.

Un engagement du Canton auprès de la Confédération pour l’introduction de l’échange automatique d’informations entre le fisc et les banques afin de lutter contre la fraude fiscale.

Une imposition progressive des véhicules privés de type 4x4, basée sur le revenu des propriétaires, la cylindrée et les émissions polluantes.

Une refonte totale de la péréquation cantonale qui assèche depuis trop longtemps les caisses des communes alors que le canton fait des excédents de recette.

Pour une politique de santé publique, nous voulons

La revalorisation des professions de la santé sur tous les plans y compris salarial et le renforcement de la formation de personnel de niveau HES.

Une caisse-maladie unique et publique.

Une politique de prévention et de promotion de la santé publique menée par le Canton.

Une approche de la santé dans une perspective de prévention, de promotion et préservation du bien-être, qui tienne compte des atteintes à la santé causées par la dégradation de l’environnement (pollution, bruit, plastiques, produits chimiques) et par une alimentation artificialisée (sucres, graisses).

Pour l’éducation et le droit à la reconversion professionnelle, nous voulons

Une école qui ne soit pas soumise aux impératifs de l’économie privée et de la numérisation à marche forcée.

Une école qui joue un rôle dans la transition vers un modèle de société durable.

Une augmentation du nombre d’enseignant·e·x·s afin de réduire le nombre d’élèves par classe.

Un droit à la reconversion professionnelle garanti par des bourses octroyées par le Canton, en particulier pour les salarié·e·x·s actif·ve·x·s dans les professions touchées par la transition écologique (aéronautique, fabrication de béton, réparation des moteurs thermiques, etc.).

Un enseignement qui prépare et sensibilise aux enjeux numériques présents et futurs, mais qui ne tombe pas dans le piège d’une surexposition aux écrans que de nombreuses études ont prouvé être néfaste pour les enfants.

Pour une culture qui ne fasse pas le lit de la marchandisation et de la précarité, nous voulons

Des soutiens financiers pour la recherche et les périodes de création et de présentation du travail culturel, parce que les œuvres ne sortent pas de nulle part et que ce travail n’est pour le moment jamais valorisé économiquement.

Un soutien aux projets hors des institutions. À l’heure où la médiation culturelle devient un enjeu important, il est vital de permettre aux artistes de créer au plus proche de la population, voir en collaboration avec cette dernière.

La mise en commun de moyens matériels (technique, décors, matières premières, costumes, outils, etc) nécessaires à la création et la production artistique.

Droit à la ville

Les lieux que nous occupons sont davantage que de simples réceptacles, ils nous influencent, nous forment. Nous  les habitons mais ils nous habitent aussi. Les villages et villes doivent redevenir des organismes résilients où les  citoyen·ne·x·s sont en mesure de définir démocratiquement la teneur des espaces qu’iels occupent. La  prérogative de souveraineté spatiale ne saurait rester au bénéfice exclusif des possédant·e·x·s.  

Ensemble à Gauche s’engage pour la mise en place d’une politique proactive de l’État dans le cadre de  l’aménagement du territoire.

Pour bâtir sans détruire la planète, nous voulons

Le retour des techniques de construction traditionnelles, l’utilisation de techniques relevant de la culture du bâti vaudois; la terre, la paille et le bois.

L’interdiction d’utilisation du béton armé dans les ouvrages publics et privés.

Le développement de centrales de chauffe par géothermie ou pompe à chaleur (nappes ou lacs) permettant de chauffer les bâtiments existants à base d’énergie renouvelable.

Un programme public de formation pour les métiers nécessaires à la transition écologique (charpentiers, poseurs d’isolation, installateurs sanitaires etc.) et un engagement du Canton pour l’amélioration des conditions de travail dans ces professions.

La création d’un label écologique de construction vaudois dépassant les standards des labels issus d’association à but lucratif (Minergie) et la mise en place de financements importants pour les constructeurs qui en auront recours.

Pour la prise en compte de chacun·e dans l’espace public, nous voulons

Une révision du plan directeur cantonal pour une densification respectueuse de la qualité de vie, impliquant une  consultation préalable des habitant·e·x·s. 

Une densification et la mise en place de politiques de mixité sociale dans les zones villa. 

Le gel immédiat et permanent des zones à construire de faible densité pour lutter contre le mitage des paysages  naturels et des espaces ruraux. 

La réforme de l’institution du concours d’architecture d’experts et la mise en place de jurys citoyens souverains  pour chaque projet d’architecture et/ou d’urbanisme significatif. 

Une structuration du développement territorial autour des axes de transport en commun. - Un soutien du Canton au développement de la nature et de la biodiversité en ville.

La mise en place d’une politique proactive d'acquisition de terrains. 

Un plan cantonal d’urgence pour éviter les îlots de chaleur. 

Pour le droit au logement, nous voulons

L’instauration d’une obligation communale, et subsidiairement cantonale, de construire des logements à loyers modérés ou de contribuer à leur financement.

L’instauration d’une compétence cantonale en matière de réalisation de logements à loyers modérés.

L’introduction d’un droit d’exproprier le terrain à bâtir pour construire des logements à loyers modérés.

La création d’un office cantonal de la construction chargé de planifier des projets d’architecture et d’urbanisme à la hauteur de la transition écologique.

L’encouragement des démarches spontanées d’occupation de logements vides par le biais de contrats de confiance.

À propos

La coalition Ensemble à Gauche, qui réunit solidaritéS Vaud, Décroissance–Alternatives et Solidarité & Écologie ainsi que des militant·e·s de différents mouvements sociaux, propose une alternative écosocialiste, féministe, solidaire et antiraciste avec ses candidat·e·s au Conseil national et au Conseil des États. Choisir notre liste, c’est refuser la résignation. C’est s’engager avec nous pour amorcer la transition écologique, réaliser l’égalité dans les faits, faire de la Suisse une terre d’accueil et défendre la justice fiscale pour une société solidaire.

Des questions, des remarques ?
Suivez la campagne
Nous n’avons pas l’appui d’un milliardaire, soutenez-nous !
  • CH40 0834 9000 1100 1067 3
    Mention « Élection cantonale 2019 »
  • Auprès de : Caisse d’Épargne Riviera,
    1800 Vevey
    (CCP de la banque : 30–38248–4)
  • En faveur de : Ensemble à Gauche Vaud, 1003 Lausanne

Nos candidat·e·s de l’arrondissement de Lausanne (liste n°9) et Romanel-sur-Lausanne (liste n°2)

Portrait de Hadrien Buclin, candidat au Grand Conseil vaudois
Hadrien Buclin solidaritéS, chercheur FNS, député, SSP, ASLOCA, coopérative le Jardin Potager, Lausanne
Portrait de Claude Calame, candidat au Grand Conseil vaudois
Claude Calame solidaritéS, professeur honoraire Unil, SSP, SOS Asile, ATTAC, Lausanne
Portrait de Pierre Conscience, candidat au Grand Conseil vaudois
Pierre Conscience solidaritéS, enseignant, conseiller communal, syndicat SSP Vaud, Lausanne
Portrait de Johann Dupuis, candidat au Grand Conseil vaudois
Johann Dupuis collaborateur office fédérale de l’environnement, conseiller communal, Lausanne
Portrait de Sébastien Guex, candidat au Grand Conseil vaudois
Sébastien Guex solidaritéS, professeur Unil, membre du SSP et de ATTAC, Lausanne
Portrait de Gaëlle Kovaliv, candidate au Grand Conseil Vaudois
Gaëlle Kovaliv solidaritéS, spécialiste de la bande dessinée, féministe, mère, Lausanne
Portrait de Gabriella Lima, candidate au Grand Conseil Vaudois
Gabriella Lima solidaritéS, militante internationaliste, master en science politique, Lausanne
Portrait de Maimouna Mayoraz, candidate au Grand Conseil vaudois
Maimouna Mayoraz solidaritéS, chargée de communication, militante queer et antiraciste, Lausanne
Portrait dr Franziska Meinherz, candidate au Grand Conseil vaudois
Franziska Meinherz solidaritéS, chercheuxe en mobilité & urbanisme, Grève du Climat, conseil communal, Lausanne
Portrait de Martin Peikert, candidat au Grand Conseil vaudois
Martin Peikert solidaritéS, architecte, enseignant, master en urbanisme, Lausanne
Portrait d'Agathe Raboud, candidate au Grand Conseil vaudois
Agathe Raboud solidaritéS, comédienne, militante féministe, Lausanne
Portrait de Noémie Rentsch, candidate au Grand Conseil vaudois
Noémie Rentsch solidaritéS, secrétaire politique de solVD, militante féministe anticapitaliste, Lausanne
Portrait de Séb Zürcher, candidat au Grand Conseil vaudois
Séb Zürcher solidaritéS, secrétaire médical, militantx queer, dj, Pride de Nuit, Lausanne
Portrait de Mathilde Mack, candidate au Grand Conseil vaudois
Mathilde Mack solidaritéS, enseignante, militante féministe, mère, SSP, le Mont-sur-Lausanne

Le programme de la coalition solidaritéS (EàG) – POP

Nos candidat·e·s de l’arrondissement Riviera-Pays-d’Enhaut (liste n°7)

Portrait de Elodie Lopez, candidate au Grand Conseil vaudois
Elodie Lopez décroissance alternatives, députée, conseillère communale, objectrice de croissance, choriste, Vevey
Portrait de Joëlle Minacci, candidate au Grand Conseil vaudois
Joëlle Minacci décroissance alternatives, éducatrice sociale (protection de l’enfance), conseillère communale, Vevey
Portrait de Quentin Talon, candidat au Grand Conseil vaudois
Quentin Talon décroissance alternatives, conseiller communal, physicien ingénieur, cyclovoyageur, Montreux
Portrait de Marc Schlesser, candidat au Grand Conseil vaudois
Marc Schlesser décroissance alternatives, ostéopathe retraité, activiste du climat, La Tour-de-Peilz
Portrait de Helene Foster, candidate au Grand Conseil vaudois
Helene Foster décroissance alternatives, maman, resp. d’une cuisine scolaire associative, conseillère communale, Vevey
Portrait de Tiago Branquino, candidat au Grand Conseil vaudois
Tiago Branquino décroissance alternatives, éclairagiste, admin culturelle, poète urbain, activiste, conseil communal, Vevey
Portrait de Alain Gonthier, candidat au Grand Conseil vaudois
Alain Gonthier décroissance alternatives, géographe, conseiller communal, commission des finances, Vevey
Portrait de Emanuelle Jaques, candidate au Grand Conseil vaudois
Emanuelle Jaques décroissance alternatives, architecte epfl, designer industriel, maman engagée, La Tour-de-Peilz
Portrait de Yahya Berhili, candidat au Grand Conseil vaudois
Yahya Berhili décroissance alternatives, prof. de maths et taekwondo, intervenant social Fondation Mère Sofia, Montreux
Portrait de Helene Gandar, candidate au Grand Conseil vaudois
Helene Gandar décroissance alternatives, conseillère communale, responsable de production à Visions du Réel, Vevey
Portrait de David Gygax, candidat au Grand Conseil vaudois
David Gygax décroissance alternatives, secrétaire syndical au Syndicat des services publics, La Tour-de-Peilz
Portrait de Antoinette Loup, candidate au Grand Conseil vaudois
Antoinette Loup décroissance alternatives, conseil Communal, infirmière, syndicaliste, militante pour le climat, Montreux
Portrait de Adrien Colin, candidat au Grand Conseil vaudois
Adrien Colin décroissance alternatives, conseil communal, cafetier, ex-coursier à vélo, Master en Art & Graphisme, Vevey
Portrait de Valérie Luccarini, candidate au Grand Conseil vaudois
Valérie Luccarini décroissance alternatives, factrice, conseillère communale, Vevey

Le site de décroissance-alternatives

Nos candidat·e·s de l’arrondissement du Nord-Vaudois (liste n°4)

Portrait de Mathilde Marendaz, candidate au Grand Conseil vaudois
Mathilde Marendaz solidarité & écologie, conseillère communale, Master en géographie, Yverdon-les-Bains
Portrait de Ella-Mona Chevalley, candidate au Grand Conseil vaudois
Ella-Mona Chevalley solidarité & écologie, cheffe de groupe Conseil communal, Master Environnement ETHZ, Yverdon-les-Bains
Portrait de Veronique de Siebenthal, candidate au Grand Conseil vaudois
Veronique de Siebenthal solidarité & écologie, assistante sociale, Yvonand
Portrait de Onurhan Kucuk, candidat au Grand Conseil vaudois
Onurhan Kucuk solidarité & écologie, employé de commerce, président de Solidarité & Écologie, Yverdon-les-Bains
Portrait de Laeticia Romanens, candidate au Grand Conseil vaudois
Laeticia Romanens solidarité & écologie, enseignante, étudiante en Lettres, famille d’agriculteur, La Dérivée, Chavornay
Portrait de Nadia Rytz, candidate au Grand Conseil vaudois
Nadia Rytz solidarité & écologie, avocate, Conseillère communale, Yverdon-les-Bains
Portrait de Antoine Maitre, candidat au Grand Conseil vaudois
Antoine Maitre solidarité & écologie, Horloger, Pomy
Portrait de Clémence Giroud, candidate au Grand Conseil vaudois
Clémence Giroud solidarité & écologie, enseignante spécialisée, La Dérivée, Action culture, Belmont-sur-Yverdon
Portrait de Layla Outemzabet, candidate au Grand Conseil vaudois
Layla Outemzabet solidarité & écologie, Apprentie ébéniste, Directrice Fanfare Baulmes-Champvent, Yverdon-les-Bains
portrait de Lucie Benoit, candidate au Grand Conseil vaudois
Lucie Benoit solidarité & écologie, Master en Sciences & Humanités environnementales, AlternatYv, Les Clées
Portrait de Mathias Ortega, candidat au Grand Conseil vaudois
Mathias Ortega solidarité & écologie, soutien Parlement des Jeunes, AlternatYv, Master Durabilité, Yverdon-les-Bains
Portrait de Kayla Monti Cavalli, candidate au Grand Conseil vaudois
Kayla Monti Cavalli solidarité & écologie, formation en Assurances, Conseil des jeunes Yverdon, Grandson
Portrait de Rachel Rytz, candidate au Grand Conseil vaudois
Rachel Rytz solidarité & écologie, avocate, conseillère communale, Yverdon-les-Bains

le site de Solidarité & Écologie